sommaire


Les « Réseaux sociaux »
ou la foire aux « amis »

chronique de Bernard Ginisty


Le chemin de l’amitié, comme celui de la sagesse, n’est pas celui des entassements de connaissances ou de relations que l’on pourrait « cliquer » à volonté sur un clavier d’ordinateur.  C’est un itinéraire, un exode, jamais achevé qui se libère « des moyens que l’homme emploie pour savoir sans voir ni être vu, comprendre sans prendre ni donner, connaître sans naître ni mourir4. » La rupture fondamentale entre les êtres ne passe pas par la quantité de leurs savoirs ou de leurs relations, mais par leur attitude dans la vie qui en fait soit des sédentaires arrivés et sécurisés, soit des nomades capables d’accueillir le neuf chaque matin...